L’état des lieux du camping sauvage en France

Afin de prendre un bon bol d’air tout en minimisant vos frais, ou tout simplement lors d’une marche de plusieurs jours dans un milieu reculé, se pose parfois la question du camping sauvage à ne pas confondre avec le bivouac.

En effet le bivouac est un campement de fortune, très éphémère car seulement créé pour une nuit, tandis que le camping sauvage se définit comme étant la réalisation d’un campement pour plusieurs nuits au même endroit.

Mais peut-on camper partout en France ?

Si à première vue nous pourrions penser que oui, la réalité est très différente. En effet, la législation est de plus en plus contraignante et un certain nombre de règles s’imposent sur le territoire.

La première règle pour le camping sauvage est la suivante : « ce type de pratique est autorisée partout où elle n’est pas interdite ».  Mais qu’est-ce que cela peut bien signifier ? pour le savoir il est important de se pencher sur le détail de la carte en France et des règles générales interdisant le camping sauvage.

La deuxième règle est plus axée sur la sécurité : ne partez pas en camping sauvage sans emmener les objets qui pourraient vous sauver la vie (voir l’article : http://guidedesurvie.net/kit) !

Les lois régissant le camping sauvage en France

Le camping et le bivouac n’échappent pas à la règle de la quasi-totalité des activités pratiquées en France : Tout est réglementé !

Ainsi, il vous sera formellement interdit de camper dans :

  • Les bois, les parcs et les forêts classés comme étant des « espaces boisés à conserver »
  • Les chemins et les routes
  • Un lieu situé à moins de 200 mètres d’un lieu de prélèvement d’eau potable comme Engie, véolia etc.
  • Au bord de la mer ( à moins de 300 mètres du rivage)
  • A une distance inférieure à 500 mètres d’un monument classé historique ou d’un site classé zone de protection du patrimoine et de la nature

De plus, certains lieux publics peuvent être temporairement ou de façon permanente interdits par les communes ou les préfectures, il sera donc obligatoire de surveiller les voies d’affichages ou d’observer les panneaux d’interdiction.

Il vous sera également, et c’est une évidence, interdit de camper dans des lieux privés sans autorisation préalable du propriétaire des lieux. Ceci constitue effectivement une violation de propriété. (Attention donc aux bois et terrains vagues)

Afin détailler ces propos, vous pouvez avoir la législation en vigueur sur le site du gouvernement.

Les lois encadrant le camping dans les parcs protégés (nationaux et régionaux).

Les parcs nationaux

La règle générale en la matière est la suivante : le camping sauvage est interdit à l’intérieur de ces parcs, tandis que le bivouac reste autorisé sous certaines conditions qui diffèrent d’un parc à l’autre

Voici une liste non exhaustive des parcs nationaux où le camping sauvage est interdit ainsi que les règles spécifiques du bivouac

Le parc du Mercantour : Le bivouac est autorisé à une distance d’une heure de randonnée des frontières du parc ainsi que de tout point d’accès routier

Le parc des Ecrins :  Le bivouac est autorisé à une distance d’une heure de randonnée des frontières du parc ainsi que de tout point d’accès routier et entre 19h et 9h.

Le parc national des Pyrénées : mêmes règles que les Ecrins

Le parc national de la Vanoise : les règles sont les mêmes que pour les Ecrins à la différence que l’heure de départ doit être avant 8h du matin et qu’il ne vous sera autorisé de planter votre petite tente, ne vous permettant pas de tenir debout à l’intérieur, à côté et uniquement à côté d’un refuge listé.

Parc national de Port-Cros : il est formellement interdit de bivouaquer sur l’île.

Parcs et forêts

Parcs régionaux

La France compte plus d’une quarantaine de parcs naturels régionaux. Il serait bien trop long de dresser une liste pour chaque parc mais la règle générale reste que le bivouac soit très souvent autorisé à l’intérieur de ces parcs, en revanche le camping sauvage est fortement encadré voir même interdit, afin d’avoir les informations nécessaires avant votre départ il est important de vous rendre sur les sites des parcs ou tout simplement de poser les bonnes questions aux gens du coin !

Mais comment savoir exactement où il est possible de camper ou non ?!

Une fois la réglementation des parcs nationaux détaillée, il est important de connaitre celle plus généraliste, celle de l’extérieur des parcs !

Etes-vous sur un terrain privé ? Un terrain public ? Une forêt protégée ou non ? Dans la plupart des cas on ne sait pas à l’avance où l’on va vouloir camper, et même si nous ne savons rien ou presque ne peut nous renseigner sur une carte !

Les solutions ne sont pas exhaustives afin de trouver les informations nécessaires mais le plus simple restera de contacter les propriétaires du dit terrain privé, ou bien de téléphoner directement à la mairie s’il s’agit d’un terrain communal.

Il est bon de noter que les refuges aménagent régulièrement des emplacements afin que les campeurs puissent planter leur tente ! Et ce, pour une bouchée de pain.

Pour les plus amateurs d’entre vous, il existe également des guides qui peuvent vous fournir un tas d’informations sur les réglementations, et internet regorge de commentaires divers et variés.

Pour conclure, une nature agréable à regarder c’est une nature propre, sauvegardée, sauvage !

Si vous bivouaquez ou que vous pratiquez le camping sauvage, il est important que votre passage ne soit absolument pas détectable, que vous ne laissiez aucune trace ! les déchets doivent être ramassés, rien ne doit trainer ! Et n’oubliez pas, un petit trou pour vos besoins naturels ça ne fait pas de mal !